La Finlande compte un peu plus de 2000 vétérinaires. La profession y est organisée de façon très différente de ce que l'on connait en France. Un tiers des vétérinaire seulement travaillent dans des cliniques privées, principalement en petits animaux de compagnie, ou en équine. 1/3 des vétérinaires sont des vétérinaires communaux employés par une commune : la ville leur paye une partie fixe de leur salaire, leur fournit les locaux, paye leur retraite et prend entière responsabilité de leurs actes. Ces vétérinaires font en général de tout, avec une dominante animaux de production. Ils réalisent aussi des missions gouvernementales, en hygiène des aliments et en bien-être animal. Un certain pourcentage de vétérinaires sont employés par le gouvernement : ils travaillent pour l'agence nationale pour l'hygiène des aliments et la médecine vétérinaire, pour la Faculté de médecine vétérinaire d'Helsinki, et pour le ministère de l'agriculture et de la forêt.

La profession est à 60% féminine, et en 2009, 92 % des étudiants de la Faculté de médecine vétérinaire sont des filles.

J'ai travaillé pendant 2 journées avec la vétérinaire Maija Pentiila, de la commune de Mynämäki. Je vais vous décrire son travail d'employée communale pour que vous puissiez vous faire une idée plus claire.

Maija doit travailler du lundi au vendredi, de 8h à 16h. Elle doit assurer les gardes 1 WE sur 5 et 1 soir sur 5 (elle les partage avec 4 vétérinaires communaux de la région.).

Sa clientèle est partagée : 50% en petits animaux, 50% en animaux de production. En animaux de production, la moitié de ses fermes sont des fermes porcines, l'autre moitié des fermes laitières. Elle fait aussi un peu d'aviaire, et un tout petit peu de chevaux (elle essaye de référer en général).

Les locaux dans lesquels elle exerce appartiennent à la commune, qui les met gratuitement à sa disposition. Ils sont d'ailleurs en train de construire de nouveaux locaux, pour qu'elle puisse y exercer avec le vétérinaire communal de la commune voisine.

Voici les locaux dans lesquelles elle exerce :

IMGP6457  IMGP6478_1  IMGP6475_1  IMGP6458_1  IMGP6470_1  IMGP6463  IMGP6465_1

La clinique comprend deux pièces principales : le bureau, où Maija reçoit les clients, répond au téléphone... et une salle de consultation/traitement/chirurgie.

Les locaux mis à disposition par les communes sont toujours assez simples. Ils n'y a pas d'appareil  de radiographies. Les vétérinaires communaux sont donc des généralistes, qui réalisent des actes de base. Si un cas est plus compliqué et nécessite une radiographie, ou une échographie, ils réfèrent.

Maija travaille seule, sans ASV. Le matin, de 8h à 10h elle se partage entre les consultations en petits animaux de compagnie, les éventuelles chirurgies de convenance et le téléphone. C'est plutôt la course, car le téléphone sonne sans arrêt. Elle part ensuite en visite sur des fermes laitières ou porcines.

Ces dernières fournissent la plupart du temps des bottes et des cottes, disponibles à l'entrée pour le vétérinaire, pour éviter la propagation de maladies entre les élevages.

En porcine, il s'agit surtout d'une activité de conseil. Elle visite l'élevage, s'assure que l'éleveur n'a pas de problème, et donne des conseils de traitement si besoin.

IMGP6417_1

En laitière, elle fait surtout des suivis de reproduction, des traitements de mammite et des pieds.

Il n'y a plus de grandes maladies contagieuses en bovine en Finlande.

IMGP6442  IMGP6439

En milieu d'après midi, elle retourne à la clinique pour quelques consultations en petits animaux.

Elle a beaucoup de travail administratif. Un vétérinaire communal doit rendre compte de tout ce qu'il fait.

 

Les tarifs du vétérinaire communal, que cela soit en petits animaux ou en animaux de production sont fixés dans une fourchette par le gouvernement.

Ce système de vétérinaire communal est assez original. Cela permet d'assurer un service vétérinaire partout en Finlande, qui est un grand pays avec peu d'habitants, et avec des endroits peu attractifs (nord et est du pays, très froid en hiver)